Notre Cause

La paralysie cérébrale résulte de lésions survenues sur un cerveau avant, pendant ou après la naissance. Elle est souvent la conséquence d'une grande prématurité. Elle est la cause de handicap moteur la plus fréquente chez les enfants. Cette affection non évolutive du cerveau provoque des conséquences physiologiques grave et restreint les capacités motrices de l'enfant. Pourtant, ces atteintes, elles, sont évolutives.


17 millions de cas dans le monde

1800 naissances par an

1 naissance toutes les 5 heures

125 000 cas en France


Nous possédons un fonctionnement cérébral exceptionnel, mais aussi puissant que soit ce mécanisme, il est conditionné par l'environnement extérieur. La première période de la vie est donc en cela à la fois une période de grande opportunité et de grande vulnérabilité. Chaque expérience compte, positive ou négative. Face à cela, un impératif social émerge : nous, adultes, avons la responsabilité de fournir à l'être humain qui vient de naître les conditions maximales qui lui offrent le meilleur. La France possède un des meilleures systèmes de santé au monde. Hélas, aujourd'hui les procédures de connaissance, d'homologation et de référencement des nouvelles théories, des nouveaux traitements sont beaucoup plus longues que les procédures de prise en charge. Ainsi, une forte majorité du budget de la Santé est consacré aux équipements, à l'accompagnement, aux hébergements des enfants en situation de handicap. C'est un constat : les financement publics sont généralement réservés aux soins PALLIATIFS, qui par définition sont un ensemble de mesures visant à endiguer les conséquences d'un problème, sans pour autant se préoccuper de sa cause.

Et ce, au détriment des financements à destination des projets CURRATIFS
- Recherche scientifique en neurologie et neuro pédiatrie ;
- Information, vulgarisation et sensibilisation des professionnels de santé ; 
- Formation de nos praticiens sur les nouvelles découvertes en neurologie ; 
- Prises en charge combinées et coordination pluridisciplinaire des techniques et évolutions sur les métiers de physiothérapie, kinésithérapie, ostéopathie et neurothérapie. 

Un véritable défi contre la montre

Alors que le diagnostic initial d'un enfant IMC est un retard de développement moteur, les familles s'attendent à ce que tout soit mis en œuvre pour rattraper ce retard avant la fin de la croissance de l'enfant. Hélas, il est plus simple et plus rentable de classer nos enfants dans la catégorie des handicaps définitifs et de les traiter comme tel.
La paralysie cérébrale est une affection non évolutive certes, mais ses conséquences elles, le sont, à condition d'assurer une rééducation intensive avant la fin de la croissance de l'enfant.


Une prise en charge en France insuffisante


En France, chaque année, 1800 naissances subissent des troubles métaboliques entrainant la Paralysie cérébrale. Les parents sont dirigés vers des prises en charges pluridisciplinaires (médicale, chirurgicale, paramédicales et psychologiques). Ces prises en charges restent insuffisantes, voire pour certains cas catastrophiques :

-Pas de coordination des praticiens sur les évolutions de l'enfant ; 
-Automatisation des traitements et appareillages (attelles, sièges moulés, verticalisateur, corset...) ;
-Proposition de chirurgies invasives et irréversibles de section des tendons pour « acquérir la marche » alors que cette intervention annule toutes possibilités de récupération et ne fait que « dissimuler » la vision de déformation du pied. 

Notre démarche est innovante en ce qu'elle propose une alternative aux carences de la prise en charge classique, en ce qu'elle est initiée et menée par des mamans ayant une forte expérience des techniques et thérapies de pointe pratiquées à l'étranger, et enfin, en ce qu'elle propose un appui unique sur toute la période de croissance jusqu'à l'orientation professionnelle.